Lettre de soutien à la Campagne de sensibilisation à l'éducation des Premières Nations.

Remplisser le formulaire au bas de la lettre afin de soutenir le CEPN dans ses démarches.

Premier Ministre Stephen Harper
Chef du Parti conservateur
80, rue Wellington
Ottawa (ON)  K1A 0A2

Monsieur John Duncan
Ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien
Interlocuteur fédéral auprès des Métis et des indiens
non inscrit
Chambre de commune
Ottawa, Ontario K1A 0A6

 

 

 

 

Objet : Le sous-financement de l?éducation des Premières Nations du Québec.

Messieurs,

Je vous écris afin de manifester mon étonnement face à la situation du financement des écoles des Premières Nations du Québec. C'est d?ailleurs avec stupéfaction que j'ai récemment appris que la formule de financement des écoles des Premières Nations du Québec, élaborée en 1988 par le gouvernement fédéral et non révisée depuis, ignore des coûts importants dont l'intégration des technologies de l'information, l'achat de livres pour les bibliothèques scolaires, les activités parascolaires et les nombreux développements en éducation survenus au cours des dernières années au Québec. Cette formule n'a même pas été indexée au coût de la vie depuis 1996, alors que les besoins en éducation dans les Premières Nations sont considérables et toujours en croissance.

Les conséquences sont désastreuses : devoir choisir dans quel programme de base et services essentiels coupés pour en financer d?autres tout aussi de base et essentiels, l'incapacité pour les écoles d'offrir des salaires et des conditions de travail concurrentiels et comme résultat l'incapacité d?offrir aux jeunes une éducation de qualité à laquelle tout enfant né au Canada serait en droit de s'attendre, etc.

Je suis étonné d'avoir appris que le gouvernement fédéral n'a jamais investi pour développer des services de deuxième niveau du type de ceux offerts par des Commissions Scolaires aux autres écoles à travers tout le pays. Et je suis tout aussi étonné de l'insensibilité dont fait preuve le gouvernement fédéral en refusant de supporter et ainsi offrir aux étudiants des Premières Nations, l'option de poursuivre leurs études dans une institution de niveau postsecondaire qui soit sous la responsabilité des Premières Nations.

En refusant aux Premières Nations les moyens d'accéder à une éducation de qualité, le gouvernement du Canada ferme volontairement les portes de leur avenir. Je tiens donc à manifester mon appui entier aux démarches entreprises récemment par le Conseil en Éducation des Premières Nations.

 
 

Signature:

 
Courriel: